Haiti Hope Fund

Programme de Master en divinité

 

Dixit...

La recherche théologique, comme la plupart des grandes activités scientifiques en Haïti, est exposée à des manques : leadership, ressources et intéressés. Lors du cinquantième anniversaire du Séminaire Théologique Baptiste d'Haïti (STBH) en 1997, le doyen d'alors, Jules Casséus, docteur en théologie, avait lancé le projet d'un master en divinité à la faculté de théologie de l'Université Chrétienne du Nord d'Haïti. Ce projet a pu se concrétiser par la suite et depuis lors, une grande quantité de théologiens y ont complété leur formation. Certains ont même obtenu leur doctorat à l'étranger suite à cette étude.

Nouvelle année académique, solennel engagement au saint ministère, à l'étude ou à la recherche. L'humanité se débat contre un lot de défis pénibles à relater et impossibles à contrer : la faim, la crise économique, la guerre, les maladies, les catastrophes naturelles, l'immoralité institutionnalisée, le désespoir grandissant, le terrorisme, le fanatisme religieux et pire encore la déchristianisation d'historiques pays missionnaires et de nombreux adorateurs ayant pourtant fait vœu d'allégeance au supplicié de Golgotha.

John R. W. Stott et David W. Smith soutiennent, dans la préface de l'ouvrage de Joe Kapalyo, L'homme, que: « le centre de gravité du christianisme s'est déplacé de façon indubitable durant le vingtième siècle. Il y a désormais plus de chrétiens en Afrique, en Asie et en Amérique Latine qu'en Europe et en Amérique du Nord. » Il demeure évident que les pays de la Caraïbe se classent parmi cette nouvelle catégorisation des terres d'accueil de l'Église de Jésus-Christ.

En conséquence, plus que jamais, l'étude de la théologie en Haïti requiert une démarcation de toute inclination égotiste, de toute superfluité de célébrité ou de toutes combines malhonnêtes pour s'enrichir. La remarque de Christ, commissionnant les apôtres, se contextualise sous toutes les latitudes et notamment chez nous : « La moisson est grande, mais il y a peu d'ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d'envoyer des ouvriers dans sa moisson. » (Luc 102). Comment éviter de tomber sous la damnation de Jésus et des épistoliers bibliques, prophétisant le flot de « ministres » dans les temps à venir, conglomérant des mercenaires et des faux prophètes? La voix réprobatrice de Christ claque à travers les espaces interstellaires avec le craquement sinistre des flammes punitives, vitupérant tout succédané à la vocation au saint office et à l'appel divin.

Voici mis à votre disposition, un programme de master en divinité, vous habilitant en deux ans (cours et mémoire inclus) à décrocher un diplôme approfondi en recherche théologique. Bienvenue à la faculté et que le Seigneur vous soit en aide !

 

Cycles d'étude

Le programme de Master regroupe des licenciés en théologie en provenance des centres théologiques reconnus du pays et d'ailleurs. Les cours sont offerts sous forme de module sur deux ans. La première partie consiste en cours et la seconde en rédaction d'un mémoire de quatre-vingt pages au plus. L'étudiant dispose en tout de quatre ans pour finaliser l'étude. Passé ce délai sans tout compléter, il devra reprendre certains cours, en concertation avec le décanat.

 

Conditions de graduation 

Pour être gradué, l'adhérent doit fournir trois preuves d'éligibilité :
1. Succès intellectuel, c'est-à-dire : compléter d'une manière satisfaisante son cycle avec la moyenne cumulative de 78, selon les normes de l'UCNH, et réussir tous les cours, sans distinction, d'après les exigences de la faculté.
2. Succès littéraire : écrire, soutenir et réussir son mémoire de sortie selon les principes de la faculté et faire montre d'une originalité et de pertinence dans sa recherche.
3. Obligations financières : remplir régulièrement ses engagements financiers.

 

 

Télécharger ici :

 

 

 

 

 

 

© 2011- UCNH